Député de la 1ère circonscription de Loir-et-Cher

Votre député

Son parcours

Denys Robiliard

BIO EXPRESS

22/07/1960 : naissance de Denys Robiliard à Rouen
1987 : avocat au barreau de Blois
1989 : élu conseiller municipal de Blois
1993 : naissance de sa fille Lucie
1998 – 2002 : Président d’Amnesty International France
2008 : adjoint au maire de Blois en charge de l’urbanisme, de l’aménagement et de l’habitat
2012 : député de la première circonscription de Loir-et-Cher

Mon parcours politique

- Adhérent du Parti socialiste depuis 2000
- Conseiller municipal pendant les deux mandats de Jack Lang à la mairie de Blois, entre 1989 et 2001.
- Conseiller municipal de Blois dans l’équipe de Marc Gricourt, maire de Blois depuis avril 2008.
- Maire adjoint à l’urbanisme et au plan de rénovation urbaine d’avril 2008 au 18 juin 2012.
- Député élu le 17 juin 2012.

Ma mission de député

Dans notre démocratie, un député a 3 missions : voter, représenter, défendre.
Voter les lois qui concernent la vie quotidienne et l’avenir du pays. Je porte les 60 engagements présidentiels de François Hollande pour redresser la France dans la justice.

Représenter les communes de notre territoire. A l’Assemblée Nationale, je fais entendre nos préoccupations : emploi, pouvoir d’achat, école, santé, logement, sécurité, transport. Pour cela, il faut travailler en lien avec les habitants, les associations, les partenaires sociaux…

Défendre nos valeurs, celles de la République et du Vivre ensemble. Je suis profondément attaché au dialogue social, à l’indépendance de la justice, à la laïcité, à l’exemplarité des élus. Ces valeurs sont au cœur de mon action parlementaire.

Mon attachement au Loir et Cher

Je suis arrivé en Loir-et-Cher en 1987 parce que le Bâtonnier Jean-Marie Piolé cherchait un successeur. Ancien résistant et militant de la Ligue des Droits de l’Homme, pénaliste réputé, c’était l’avocat de gauche du Barreau de Blois.

Etre avocat à Blois, c’est connaître les habitants, les villes et les villages, l’agriculture et l’industrie. A force de bornages et d’expertises sur les droits de passage, on découvre, dans leur intimité, la Beauce et la Sologne. Le droit de la famille, celui des baux et de la consommation, c’est la vie quotidienne du côté des problèmes et des peines plus que des joies. Les procès en responsabilité, c’est aussi l’agriculture avec ses dégâts de gibier, ses expertises sur les fraises, les poireaux ou les tracteurs sans parler des joies des baux ruraux. Le quotidien d’un avocat c’est encore les entreprises devant les prud’hommes ou au tribunal de commerce. Bref, un métier idéal pour travailler pour et avec les femmes et les hommes qui font la richesse de notre département, pour gouter ses paysages et sa gastronomie, pour rencontrer, aussi, ses acteurs économiques et politiques. Et c’est encore un métier qui oblige à mettre le nez sur l’injustice et qui m’a poussé, même s’il n’en était guère besoin, à l’engagement.

La politique, je l’ai d’abord abordée comme conseiller municipal pendant les deux mandats de Jack Lang. Quand six ans et un bâtonnat plus tard, Marc Gricourt et Christophe Degruelle m’ont demandé de monter sur leur tandem je n’ai pas hésité une seconde. Marc Gricourt m’a confié la délégation à l’urbanisme et au projet de renouvellement urbain. Il s’agit de penser la ville demain et de la dessiner projet par projet, permis après permis. J’y ai renoncé le 18 juin 2012 parce qu’élu député.

Mon enracinement blésois n’a pas été que professionnel et militant. Arrivé célibataire, j’ai rencontré une blésoise de souche et nous avons eu une fille, Lucie. Mon métier, la mairie et le militantisme m’ont aussi apporté des amitiés qui m’attachent plus que tout à notre territoire.

Contactez-moi

Permanence
2, avenue Gambetta 41000 Blois
Tél. :
02 54 20 69 59
Contact

Horaires d’ouverture :
lundi mardi, jeudi :
10h-12h 14h-17h
vendredi : 12h-16h

Dossiers

Sécurisation des emplois et des parcours professionnels

Le 30 janvier dernier, j’ai été nommé responsable du volet « droit du travail » du projet de loi qui aura pour objet de transposer dans notre code du travail les décisions prises par les partenaires sociaux sur la sécurisation des parcours professionnels. Jean-Marc Germain en sera le rapporteur.